Les expériences de guerre des soldats du Premier Empire, par Natalie Petiteau (Avignon)

Intervention dans le cadre de la conférence “Expériences de guerre et de violence au XIXe siècle en France et en Allemagne” le 21 au 22 mars 2013.

Les soldats de l’Empire ont connu des expériences de guerre singulières et inédites qui méritent une attention autre que celle des classiques récits événementiels des batailles napoléoniennes. Ils sont enrôlés sur le principe nouveau de la conscription et appelés à combattre, de façon là aussi nouvelle, pour une cause nationale qui se prétend aussi universelle. Ils combattent sous la conduite d’un chef incarnant la nation à l’égard duquel on a beaucoup dit qu’ils éprouvaient tous une ferveur intense, ce qui mérite examen. Ils ont connu des marches et des combats d’une rigueur jusqu’alors rarement connue. Pour comprendre avec quelle expérience des milliers d’hommes vont entrer dans le XIXe siècle, de quelle expérience ces milliers d’hommes vont parler à leurs contemporains, il est essentiel de porter un regard anthropologique sur leur expérience de guerre.

Natalie Petiteau est docteur de l’Université de Tours sous la direction de Claude-Isabelle Brelot, maître de conférences à l’Université d’Avignon (1996-2003), professeur à l’Université de Poitiers (2003-2005) et enfin, depuis 2005, professeur à l’Université d’Avignon. Ses recherches ont tenté, depuis sa thèse consacrée aux anoblis du Premier Empire, de porter un regard neuf sur la période napoléonienne, tant sur la façon dont les Français ont vécu et perçu ce régime, que sur sa portée sur le XIXe siècle. Après avoir publié sur les élites impériales (Élites et mobilités. La noblesse d’Empire au XIXe siècle, 1997), sur la mythologie de l’Empire (Napoléon, de la mythologie à l’histoire, 1999), sur les vétérans de la Grande Armée (Lendemains d’Empire, les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle, 2003, et Guerriers du Premier Empire, 2011), sur le rapport des Français à l’Empire (les Français et l’Empire, 2008), elle travaille aujourd’hui sur la mémoire de l’Empire (Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l’Empire, 2012).

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.