Nation, forces armées et société: l’exemple de la Garde nationale française pendant la Restauration en France, par Axel Dröber

Intervention dans le cadre de la conférence „Expériences de guerre et de violence au XIXe siècle en France et en Allemagne“ le 21 au 22 mars 2013.

Axel DröberLa chute de Napoléon suscita en Europe l’espoir d’une fin définitive de la guerre et d’une paix durable. Lorsque Talleyrand prôna au congrès de Vienne que la guerre était la cause des usurpateurs qui devaient leur pouvoir à la révolution, il s’ensuivait logiquement le projet d’une profonde réforme des forces armées surtout en France où la Grande Armée avait appuyé si puissamment le concours de Napoléon vers la gloire. La monarchie française restituée, représentée dans la personne de Louis XVIII qui revint sur le trône en 1814, était censée incarner le nouveau règne de la paix en Europe.

Pourtant, le roi se trouva dans l’impasse entre le devoir d’assurer la sécurité du pays et le besoin de trouver une force armée limitée, mais dévouée à la personne du roi. Ainsi, non seulement les partisans de la monarchie, mais également les représentants des libéraux se tournèrent vers la Garde nationale qui allait leur servir de moyen pour combler le vide institutionnel et idéologique que fit apparaître le projet de licencier dans un premier temps l’armée de ligne de Napoléon, alors soupçonnée de bonapartisme. Cela allait de pair avec la propagation d’une certaine conception de la milice nationale destinée à la défense du royaume pour laquelle la Garde nationale incarnait la réalisation probable.

La présente contribution entend démontrer le fondement idéologique de ces conceptions qui tendaient soit à occulter l’importance de la nation souveraine, soit à réfuter la vision d’une prépondérance de la prérogative royale en mettant l’accent sur l’autonomie de la nation. Alors que des ultra-royalistes comme de Bonald voyaient dans la milice surtout un moyen d’éviter le rétablissement de la conscription, des libéraux comme le général Joseph Tarayre y voyaient la garantie de l’indépendance de la nation et de l’existence des institutions héritées de la révolution modérée.

Il sera à étudier comment ces visions, qui incluaient toutes les deux la théorie d’une inauguration de la paix durable, se heurtaient à d’autres visions qui émanèrent pour la plupart du milieu de la Garde nationale même et lesquelles rejetèrent aussi bien le principe de la souveraineté populaire qui devait se manifester dans le droit des gardes nationaux d’élire leurs officiers, que l’engagement destiné exclusivement au profit du pouvoir monarchique. L’analyse s’appuiera sur la pertinence du topo révolutionnaire du sacrifice du citoyen au service de la nation, qui apparaît comme un leitmotiv après 1814 et qui se manifestait principalement dans l’évocation récurrente de la gloire, qui pourtant ne pouvait être détachée du spectre de la nation libre.

Axel Dröber est chercheur à la faculté d’histoire de l’université de Fribourg en Brisgau et travaille sur les expériences de guerre en France dans la première moitié du XIXe siècle. Sa thèse porte sur l’analyse des conséquences des guerres de la Révolution et de l’Empire ainsi que de la notion de Nation qui s’était forgée pendant cette époque, mais qui recouvrit sa signification ambiguë de plein gré seulement au moment du retour du roi en 1814, pendant la Monarchie de Juillet et la Deuxième République. L’objet d’analyse est la Garde nationale française.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion.
Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.