Les occupations de guerre et de garantie en France, 1870-1873, par Guillaume Parisot (Lille)

Intervention dans le cadre de la conférence „Expériences de guerre et de violence au XIXe siècle en France et en Allemagne“ le 21 au 22 mars 2013.

Cette communication présentera les différents régimes d’occupation de guerre et de garantie que les départements envahis subirent de 1870 à 1873, ainsi que la vie des populations sous ceux-ci. Elle doit montrer combien les expériences d’occupation varient selon la chronologie du conflit et les territoires concernés : qu’il s’agisse des différentes régions ou de la distinction entre espaces urbains et ruraux.

Les chroniqueurs et historiens contemporains de ces occupations étaient majoritairement urbains, appartenaient aux classes sociales supérieures ou instruites et exerçaient une autorité morale, politique ou administrative sur leurs concitoyens. L’historiographie de la guerre de 1870 ignore largement pour cette raison les expériences d’occupations dans les villages ou dans les milieux ouvriers et l’on s’attachera à tracer quelques pistes pour mieux les appréhender, comprendre ce qu’elles furent et tâcher d’approcher le quotidien de ces populations qui n’ont guère laissé de traces écrites de leur expérience de guerre et de leur perception de l’occupation et de ses enjeux politiques.

D’une manière générale, les récits d’occupation publiés après la guerre laissent peu de place aux accommodements au profit d’une exaltation des résistances des occupés ou d’une dénonciation des brutalités de l’envahisseur. Nous tâcherons donc, s’agissant de la période de guerre, de présenter les relations asymétriques complexes qui se nouèrent à l’échelle locale et montrer comment l’historiographie de la guerre de 1870 reste, dans une certaine mesure, très influencée sur ces questions par les récits des contemporains. Or, si ceux-ci allèguent leur bonne foi et leur souci d’impartialité, ils n’en livrent pas moins une vision partielle – ou tout au moins volontairement ou involontairement incomplète – et partiale des événements lorsque leurs écrits, mis au service d’intérêts locaux, servent une certaine lecture, souvent politique, des événements et des agissements des différents acteurs.

L’occupation de garantie, plus restreinte géographiquement et aux effets limités il est vrai, n’a suscité, quant à elle, qu’une bien plus modeste littérature. Dans les histoires monographiques de villes envahies, dans les souvenirs de guerre, elle est généralement traitée assez sommairement et la narration de la cohabitation ou coexistence avec l’ennemi privilégie une lecture anecdotique et locale où les enjeux politiques et nationaux sont relativement peu présents. Les souvenirs des « grands hommes » contemporains, s’ils abordent les enjeux diplomatiques et les négociations relatives au traité de Francfort et à son exécution ne sont guère plus prolixes sur cette occupation, comme si son importance était secondaire : leur attention se porte plus spécialement sur la lutte relative à la forme du régime et le jeu politique à l’assemblée. Thiers avait pourtant fait du retrait des troupes allemandes une de ses priorités, il était convaincu qu’il était la « solution vraie aux difficultés présentes » quand il estimait, en mars 1872, soit moins d’un an après les événements parisiens, que : « La présence des troupes allemandes sur notre sol a l’effet d’un corps étranger dans une plaie ; c’est un effet inflammatoire des plus dangereux, et que je crois sage de faire disparaître, sage pour nous, sage pour l’Allemagne. » Il prônait aux populations occupées un patriotisme de résignation dénué de toute arrière-pensée belliqueuse et enjoignait à ses préfets – peu disposés pour certains d’entre eux à le suivre sur cette voie – le plus grand tact – et même les plus grandes politesses – dans leurs rapports avec l’ennemi et la plus grande modération de propos.

C’est la perception de cette présence par les occupés eux-mêmes qui nous intéressera ici plus particulièrement, tout comme la façon dont cette occupation fut reçue, commentée et utilisée par le pays qui n’avait pas à la subir. On s’attachera notamment à présenter ce que fut la vie quotidienne sous cette occupation en abordant aussi bien les contraintes effectives qu’elle induisait ; les rapports, les échanges, les commerces qui eurent cours entre occupants et occupés ; et la manière dont cette occupation a perturbé le champ social et pesé sur la vie politique locale. Nous traiterons également de la construction de l’image de l’ennemi durant l’occupation en distinguant plusieurs aspects de l’occupant : celui qui occupe l’espace public, le territoire national, celui qui est hébergé au foyer, et celui avec lequel, malgré Bazeilles, des formes de réconciliations publiques sont possibles. On s’interrogera enfin sur l’écho national de cette occupation : aussi bien sa réception et sa médiatisation dans la France libre, que la manière dont elle a pesé de 1871 à 1873 sur l’échiquier politique français.

Guillaume Parisot est doctorant à l’université de Lille 3, allocataire de recherche. Son travail de thèse, qu’il effectue sous la direction de Jean-François Chanet (Sciences Po Paris), porte sur les occupations de guerre et de paix en France de 1870 à 1873. Guillaume Parisot est par ailleurs chercheur associé depuis 2010 à la Bibliothèque nationale de France (département Philosophie, Histoire, Sciences de l’Homme), où il a été chercheur invité (bourse Pasteur Vallery-Radot) durant l’année 2011-2012.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.