Le „grand opéra“ chez Richard Wagner : voir et revoir Rienzi, par Sofiane Boussahel

Intervention dans le cadre du colloque “Wagner et la France”, le 13-15 février 2013

Avec Rienzi, Richard Wagner se tourne vers le modèle du grand opéra, espérant ainsi emporter l’adhésion du public de l’Opéra de Paris. Si Meyerbeer est le modèle tout désigné du grand opéra à sujet historique, voire à connotation politique, reposant sur les effets et codes du grand spectacle, l’influence de Spontini, Aubert et Halévy n’est pas à négliger. Malgré l’importance indéniable de ce contexte français, Rienzi porte l’empreinte d’une conversion esthétique en train de se faire, en particulier dans les troisième, quatrième et cinquième actes.

Le genre du grand opéra, dont la présence à l’affiche des théâtres lyriques est devenue plus sporadique durant le dernier tiers du XXe siècle, connaît depuis une douzaine d’années un véritable regain d’intérêt da la part des institutions situées en terre francophone. Un tel revival suscite une nouvelle lecture d’un genre perçu pendant un certain temps avec méfiance. Il semble dès lors parfaitement logique que Rienzi, peut-être longtemps victime d’un rejet de ses sources françaises de la part des admirateurs de Wagner, retrouve sa place sur les scènes françaises, alors que la dernière production marquante en France semble avoir été la création de l’ouvrage au Théâtre-Lyrique impérial en avril 1869.

Toulouse, haut lieu du bel canto en France depuis le XIXe siècle, mais aussi du wagnérisme – la présentation dans l’après-guerre de productions coordonnées par Wieland Wagner, dont les interprètes sont les chanteurs de Bayreuth, en témoigne – a accueilli en septembre et octobre 2012 un Rienzi dont la mise en scène a été commandée pour l’occasion à Jorge Lavelli. Le refus du naturalisme historique et la distanciation toute théâtrale à l’égard de la psychologie des personnages qui caractérisent l’esthétique du metteur en scène franco-argentin de théâtre et d’opéra, ancien directeur du Théâtre national de la Colline, servent avec efficacité le sujet et l’esthétique d’un opus wagnérien encore méconnu.

Brève biographie

Après une classe préparatoire littéraire, Sofiane Boussahel se destine à des études de musique et musicologie. Ayant suivi une formation au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et un cursus doctoral et agrégatif à l’Université de Paris-Sorbonne, il est aujourd’hui dramaturge du Théâtre du Capitole de Toulouse.

__________________

Vers le programme du colloque “Wagner et la France”: http://19jhdhip.hypotheses.org/141


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.