Wagner, critique musical à Paris, par Charles Aden (Paris 8)

Intervention dans le cadre du colloque “Wagner et la France”, le 13-15 février 2013.

Les séjours de Wagner à Paris semblent marqués du sceau de l’échec : le compositeur nous raconte des exils emplis de travaux forcés, ses thuriféraires insistent sur les échecs cuisants de ses productions. Du premier de ses séjours à Paris, nous proposons une étude de Wagner, à travers son activité de critique, elle aussi encore trop pensée comme le lieu d’un échec de créativité. Wagner débordait d’espoirs esthétiques en la capitale culturelle française, il subira la désillusion de ne pas voir ses œuvres musicales reconnues. Or, nous souhaitons montrer que ce séjour dans un haut lieu de la culture est l’occasion d’investissement dans un autre lieu, symbolique mais tout aussi important pour la formation et la reconnaissance de son esthétique : les tribunes critiques où il forge sa plume en se constituant un panthéon d’artistes et de valeurs.

Nous nous proposons d’étudier le Wagner critique musical à Paris, selon ce que son regard d’étranger mais également sa position d’acteur esthétique jette sur un milieu musical qu’il rêve de rendre familier. C’est que le critique se voit dénoncé comme étranger à l’œuvre musicale, tout comme Wagner se voit refuser le statut de compositeur. Cet intérêt pour la figure du médiateur se retrouvera dans des tribunes critiques marquant un vif intérêt pour l’interprétariat, pour un sérieux d’interprétation, à travers le questionnement d’œuvres, de genres musicaux, de sujets polémiques. L’interprète devenant alors le médiateur de la volonté d’un artiste, il renvoie au critique parisien, médiateur de l’œuvre européenne de Wagner.

C’est un grand espoir et de grandes difficultés qui poussent à trois reprises le compositeur sur la route du Wanderer, vers la vie de Bohème à Paris. Pour son premier voyage de 1839, Wagner voit en la capitale française le seul lieu à la mesure de son Rienzi, il y escompte aussi l’occasion de nouer des amitiés qui lui permettront de voir reconnus ses talents poétiques, et donc musicaux. Pour ce faire, il ne se considère pas illégitime lorsqu’il adresse à Scribe une traduction en français d’un livret de grand opéra en cinq acte La Noble fiancée, lorsqu’il demande son soutien à Meyerveer, ou lorsqu’il pense profiter de l’union de sa sœur cadette, Cécile, avec l’éditeur Avénarius. Les deux séjours dans la ville de Molière lors des décennies suivantes seront elles aussi l’occasion de déceptions et d’échecs, combattus et comme conjurés par de grands textes théoriques et critiques.

Wagner investit les lieux culturels parisiens par sa connaissance de compositeurs, librettistes, dirigeants culturels mais également avec le soutien de critiques qui publient des tribunes et font jouer leurs relations pour encourager la production de son œuvre : Karl Gaillard, Catulle Mendès, Maurice Schlesinger ou Schumann. Nous verrons combien le travail textuel des tribunes de Wagner lui offre un lieu de travail poétique du langage soutenant son projet lyrique.

Les désillusions parisiennes seront à la mesure de l’écart entre ses espérances et son activité musicale, et en particulier critique. L’échec est des plus cuisants précisément du fait des viles activités auxquelles il se voit contraint : d’autant plus viles qu’elles concernent la musique mais dans ce qu’elle a de plus ingrat (recopier des manuscrits et des parties d’orchestre, mettre en musique des vaudevilles, arranger des grandes pièces pour orchestre afin que de jeunes filles puissent les jouer au piano dans les salons, ou encore rédiger des tribunes critiques sur l’état de l’art musical).

Il en est de la vie de Wagner à Paris comme de son écriture en prose : lieu de grandes espoirs, que Wagner voit comme des désillusions mais qui lui permettent de construire un rapport au verbe qui marquera une poétique. Les écrits de Wagner montrent la reconnaissance dont fait l’objet le compositeur, pour les facilités qui lui sont faites par Maurice Schlessinger pour être publiées dans la Gazette musicale de Paris, pour le grand succès et l’écho qu’elles trouvent, pour la qualité de ses tribunes, traitant de chefs d’œuvres du répertoires comme de grandes questions esthétiques et qui vont même jusqu’à prendre la dimension de nouvelles (Une Visite à Beethoven et Un Musicien étranger à Paris).

Dans cette production critique, nous reconnaitrons l’œuvre d’Hoffmann, influence directe sur la production de Wagner : sur ses livrets, donc sa musique, mais également sa poétique à travers ses chroniques, tribunes et essais. Les thématiques et les sujets féériques, surnaturels, la lassitude du monde, l’importance de l’artiste dans la société se retrouvent dans l’œuvre dramatique comme dans les écrits critiques qui y trempent une plume littéraire. L’influence littéraire de Wagner, lecteur et écrivain, suivra l’évolution des mouvements artistiques de son temps comme il inspirera les suivants, assurant une cohérence esthétique qui fonde le projet de la Gesamtkunstwerk : l’emprise d’Hoffmann se voyant renforcée par celle de la Jeune Allemagne de Karl Gutzkow et Heinrich Laube puis de Heinrich Heine et Edward Bulwer-Lytton.

La poétique wagnérienne est donc une preuve historique et esthétique qu’une lecture attentive de la lettre, celle que Wagner fit de la littérature et celle que nous pouvons faire de son écriture critique, soutient l’interprétation comme la composition d’un projet dramatique global.

 

Brève Biographie

Charles Arden est musicologue et chanteur. Il a effectué un Doctorat sur la critique musicale créatrice, enseigné la Musicologie à l’Université de Paris 8 et participé à la création d’œuvres chorales classiques. Il s’intéresse particulièrement aux rapports entre la musique et le langage au XIXe siècle, aux liens entre la mélodie française, la poésie et la littérature dans les salons et au concert.

__________________

Vers le programme du colloque “Wagner et la France”:http://19jhdhip.hypotheses.org/141


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.