Rienzi et le grand opéra français : nouvelles perspectives, par Mathieu Schneider (Strasbourg)

Intervention dans le cadre du colloque “Wagner et la France”, le 13-15 février 2013

Rienzi fut le premier grand succès de Wagner, à Dresde en 1842, à tel point qu’on le reprit plus de cent fois. Cet opéra, dont le sujet historique et le traitement musical rappellent immédiatement l’esthétique du grand opéra français, a fait l’objet de peu d’études tentant, dans le détail, d’éclairer cette filiation. Lorsque la recherche s’est intéressée à Rienzi, c’était le plus souvent dans une optique politique, en lien avec la reprise qu’en firent à leur compte les nazis dans les années 1930 (voir Huckvale 1998, Nussbaum 2000 & Vaget 2009) ; ou bien – sujet qui en découle partiellement – elle s’est occupée de la genèse de l’opéra (Heine 1994) et de sa réception (Nike Wagner 1998 & Gordillo 2003). Une des rares études traitant du rapport avec l’opéra français tente une comparaison avec Fernand Cortez de Spontini (Mungen 1999).

Replacer Rienzi dans un contexte français : tel est le véritable enjeu de cette communication. Partant du texte que Wagner écrivit sur le grand opéra français à la mort d’Auber, je tenterai de montrer les qualités « françaises » de Rienzi, en le comparant à La Muette de Portici, que Wagner considérait comme l’exemple le plus réussi de grand opéra français. Enfin, pour un opéra qui, dans l’histoire de sa réception, a largement contribué à exalter le caractère germanique, il semble utile d’interroger et d’éclairer ce hiatus entre le contexte de sa création et celui de sa réception à la lumière du livret et de la musique. Cela permettra de mettre en relief quelques éléments du rapport complexe entre Wagner et la France.

Brève biographie 

Mathieu Schneider est maître de conférences à l’Université de Strasbourg. Spécialiste du postromantisme allemand sur lequel il a publié une vingtaine d’articles et auteur d’une monographie sur les œuvres symphoniques de Gustav Mahler et Richard Strauss (Destins croisés, Waldkirch, Gorz, 2005), il travaille également sur la représentation des identités nationales au 19e siècle, particulièrement en Suisse, et a publié un ouvrage collectif sur ce sujet (Music and the Construction of National Identites in the 19th century, Koerner, 2010). Il dirige également un programme interdisciplinaire de recherche sur les répertoires, les identités et les pratiques des musiques et danses traditionnelles en Alsace (Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace, 2010-2013) et est coresponsable du laboratoire d’excellence (Labex) GREAM (Groupe de Recherches Expérimentales sur l’Acte Musical) dans lequel il a deux projets importants autour des écrits de Wagner sur l’interprétation et du développement de l’orchestre et de ses répertoires de 1870 à nos jours.

__________________

Vers le programme du colloque “Wagner et la France”: http://19jhdhip.hypotheses.org/141


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.