Pour la réévaluation du rôle de la propagande francophone dans l’histoire de la Révolte de la mer Noire

 

Le présent article s’intègre dans mes recherches de thèse, menées sous la direction d’Yves Cohen à l’EHESS et intitulées Les ouvriers de Sébastopol et l’intervention française. Novembre 1918–mai 1919. Ce projet revisite le sujet relativement connu de la Révolte de la mer Noire, mais du point de vue des ouvriers locaux, paradoxalement peu étudiés. Dans cet article, nous nous concentrerons sur la question de l’influence de la propagande écrite sur les soldats et marins français, elle aussi étonnamment absente des débats historiographiques.

Si nous mettons de côté La révolte de la mer Noire d’André Marty, un remarquable exemple de mise en valeur d’une expérience militante, la seule analyse des matériaux de propagande francophone des bolcheviks contre l’intervention française est effectuée par Philippe Masson. Elle se base sur les rapports des « observateurs » qui ne reconnaissent pas un rôle important de cette propagande dans les événements de la Révolte de la mer Noire1. Or, ces observations sont partiales par leur nature même, car faites par des officiers de Marine, participant aux événements.

« Sébastopol. Le foyer des soldats et marins de la garnison ». Note sur le dos de la photo. La Contemporaine, AO2437, Front russe, VAL TIR 01/172. Il est bien possible que ce foyer fût desservi par une quantité importante des numéros du Bulletin et du Col Bleu.

Masson affirme que c’est la propagande « pacifiste » venant de la France, notamment en 1916–1917, qui a joué un rôle principal et non pas la propagande diffusée sur place par les bolcheviks. Mais une telle distinction perd son sens car une partie importante des militant-e-s chargé-e-s de ce travail à Odessa et Sébastopol avaient soit une expérience très riche de l’émigration politique en France comme J. Ïelin et Chtilivker à Odessa, Vapel’nik et Gorodetskij à Sébastopol, soit étaient originaires de France ou citoyens français comme Jeanne Labourbe ou Jacques Sadoul.

Une partie importante de la propagande évoquée par Masson se fait autour des événements survenus dans l’Empire russe depuis mars 1917, dont la simple évocation produisait un effet assez important. La Révolution d’Octobre a par exemple donné lieu à de nombreuses manifestations de sympathie en France2.

En outre, la presse bolchevik republiait assez souvent les matériaux de la presse socialiste française. Prenons le cas du journal 3e Internationale du groupe communiste français de Moscou dont les exemplaires circulaient à Nikolaëv (Mykolaïiv)3 et Sébastopol4. Dès le premier numéro, il reproduit des extraits assez volumineux des textes des journaux socialistes français5. En quelque sorte, la propagande de la gauche française était diffusée auprès des marins français, y compris par le biais des tracts et journaux bolcheviks.

Dans son analyse, Masson qualifie de bolchevik la revue francophone La Lutte finale, ce qui est erroné. Grâce au renseignement bibliographique de Serhii Rubinstein nous pouvons dire que La Lutte finale était un journal anarchiste et non bolchevik6. La presse d’extrême gauche était en effet diverse et ne se résumait pas à celle du parti de Lénine.

Il serait de surcroît incorrect de n’évoquer que la propagande de l’extrême gauche, puisqu’il existait également une puissante propagande pro-Entente.

 OdessaSébastopolKievMoscouToulon
Journaux pro-EntenteL’Indépendant ; HeraldBulletin   
Journaux de l’EntenteFrance ; La Gazette d’Odessa   Le Col Bleu
Journaux bolcheviksLe CommunisteLe Drapeau Rouge 3e Internationale 
Journaux et revues SRL’internationale rouge    
Journaux anarchistesLa Lutte finale    
Les journaux et magazines francophones de la période de l’intervention par lieu d’édition et orientation politique

Les médias pro-Entente jouissaient d’une complète légalité ainsi que du concours direct du commandement français7. Mais en même temps la presse locale pro-Entente ignorait les mœurs et problèmes des soldats français du rang. Son ton pouvait être lyrique (avec des multiples évocations de l’antiquité) et ses propos surannés. Ainsi de l’article intitulé « A la nation du Grand et du Beau » et paru dans le Bulletin publié par le Ministère des Affaires Etrangères de la Crimée pour les escadres alliées à Sébastopol. Cet article violemment germanophobe est remarquablement proche par son esprit de la vision du monde du siècle passé8. Il serait pourtant prématuré de décrire toute cette propagande comme inefficace. Nous pouvons citer au moins le « journal des tranchées » de la Marine française, Le Col Bleu, dirigé par un certain François Vatès (premier numéro du Col bleu du 1 septembre 1917 sur RetroNews). Ce journal restait toujours loyal au commandement et n’hésitait pas à exprimer les griefs des marins du rang et leurs critiques vis-à-vis de certains officiers et du système de la Marine en général.

Cette brève esquisse n’est qu’une modeste invitation à accroître les recherches sur la propagande. Nous espérons qu’elle montre avec assez de clarté que son rôle dans les événements de l’intervention militaire française devrait être de toute façon réévalué par l’historiographie.

L’auteur remercie the Hoover Institution pour son aide dans le travail avec le Bulletin Publié par le Ministère des Affaires Etrangères de la Crimée Pour les Escadres Alliées à Sébastopol.



Diesen Blogbeitrag zitieren
Denis Denisov (2023, 31. Januar). Pour la réévaluation du rôle de la propagande francophone dans l’histoire de la Révolte de la mer Noire. Das 19. Jahrhundert in Perspektive. Abgerufen am 24. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/aggs

  1. Philippe Masson, La Marine Française et la Mer Noire (1918-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 325. []
  2. Le 18 décembre 1917 un petit papillon qui appelait à « suivre l’exemple des russes » a été trouvé dans la mine de calcaire de la Manufacture d’Armes de Tulle. Voir : Patrick Mortal, Les armuriers de l’État : Du Grand Siècle à la globalisation 1665-1989, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 161. []
  3. Nous trouvons un exemplaire de ce journal récupéré en mars de 1919 dans cette ville par Jean Camille du Du-Chayla parmi les documents remis à André Marty. Voir : 19 janvier 1919, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, AM 281J VI B2.5, 3e Internationale, 2e année, n° 2, 19 janvier 1919. []
  4. Un des cartons des documents de la base navale de Sébastopol des matériaux de propagande en français dont le n° 5 de la 3e Internationale. Service Historique de la Défense, site de Vincennes, MV SS Bj 2, Corr – Reç, Des divers autorités Maritimes et militaires français et russes, 3e Internationale, 2e année, n° 5, 10 février 1919. []
  5. C’est notamment le cas des rubriques « A travers la presse » et « En France ». []
  6. Serhii Rubinstein, Odès’ka periodyčna prèsa rokiv rèvolucii ta ǧromadâns’koï vijny [Presse périodique odessite des années de la révolution et de la guerre civile] 1917-1921, Odessa, Odès’ka central’na naukova biblioteka, 1929, vol. III, p. 262. []
  7. Maksim Vinaver, Naše pravitel’stvo [Notre gouvenrement], Paris, Imprimerie d’art Voltaire, 1928, p. 106‑107. []
  8. Walter Benjamin, « Paris, capitale du XIXeme siècle » dans Gesammelte Schriften, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1991, vol. 14/V-1 Das Passagen-Werk, p. 60. []

Denis Denisov

Denis Denisov est doctorant à l’EHESS où il rédige sa thèse sur « Les ouvriers de Sébastopol et l’intervention française. Novembre 1918–mai 1919 » sous la direction d’Yves Cohen. La bourse de mobilité de l’IHA lui a permis de passer six mois en France où il a avancé ses recherches.

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search