L’expérience du combat des volontaires français dans les guerres et les révolutions italiennes de 1848, par Anne-Claire Ignace (Paris)

Intervention dans le cadre de la conférence „Expériences de guerre et de violence pendant le XIXe siècle en France et en Allemagne“ du 21 au 22 mars 2013.

Au cours des années 1848 et 1849, près de mille cinq cents volontaires français gagnèrent la péninsule italienne pour prendre part à la première guerre d’indépendance italienne contre l’Autriche, ainsi qu’aux mouvements révolutionnaires qui secouaient alors les Etats italiens. Certains de ces volontaires étaient d’anciens militaires, mais la majorité d’entre eux étaient tout à fait étrangers au métier des armes : issus du monde ouvrier, parfois très politisés, ils ne connaissaient, de la lutte armée, que l’expérience des barricades, sur lesquelles ils s’étaient battus au cours de la révolution de 1848. Peu préparés à la guerre, ces hommes découvrirent, en même temps que l’Italie, la réalité des combats, la rigueur de la discipline militaire et l’accueil ambigu des populations, qui ne virent pas toujours d’un bon oeil l’arrivée de ces combattants peu aguerris.

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et agrégée d’histoire, Anne-Claire Ignace a soutenu en 2010 une thèse de doctorat consacrée à la mobilisation de volontaires français pour le Risorgimento pendant le printemps des peuples (1848-1849). Cette thèse, inscrite à l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, en cotutelle avec l’Université de Pise, fut dirigée par les professeurs Gilles Pécout et Alberto M. Banti et devrait faire l’objet d’une publication prochaine. Anne-Claire Ignace a enseigné à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne pendant trois ans (2005-2008), puis à l’Université de Savoie (2008-2011). Depuis le mois de juillet 2012, elle est rédactrice des comptes rendus à l’Assemblée nationale.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.