Parsifal : De Chrétien de Troyes à Burnouf, la tentation de l’Orient, par Georges A. Bertrand

Intervention dans le cadre du colloque “Wagner et la France”, le 13-15 février 2013.

Richard Wagner fut le type même de l’artiste cosmopolite du XIXe siècle, au sens qu’il fut réceptif à des influences venant de multiples contrées, n’hésitant pas à les mêler en une seule pensée, en une seule création protéiforme et pourtant unique. Parsifal, son ultime œuvre lyrique, est peut-être l’exemple le plus évident de ce syncrétisme à la fois philosophique, spirituel et mythique. La genèse de Parsifal, les premiers tâtonnements, ce furent l’ébauche d’un drame, Die Sieger «  Les Vainqueurs », projet clairement envisagé comme « bouddhiste », les lectures de la littérature ancienne, française avec le champenois Chrétien de Troyes et son Perceval le Gallois, allemande avec Wolfram von Eschenbach et son poème épique Parzival, qui déjà mêlaient divers mythes du nord de l’Europe à ceux hérités de l’histoire chrétienne, à d’autres sources encore.

L’atmosphère philosophique et spirituelle dans laquelle baigne Wagner, son attrait pour un certain exotisme oriental le rendront perméables aux idées de Schopenhauer comme de Burnouf, plus tard, de Gobineau. Le premier s’était intéressé au bouddhisme à travers les rares traductions de ses préceptes et avait fourni à Wagner ses premiers principes esthétiques fondés sur l’idée de sacrifice et/ou de renoncement de ses personnages. Le deuxième va « orienter » en partie sa vision de l’art et de la religion. C’est la lecture en 1856, de son Introduction à l’histoire du bouddhisme qui va amener le compositeur à s’intéresser plus directement au bouddhisme dont certaines croyances et pratiques peuvent apparaître, vu l’idée de régénération, présente dans Parsifal, mêle ésotérisme chrétien et bouddhiste. L’idée nietzschéenne d’ « Eternel Retour » s’est métamorphosé en samsâra bouddhiste, la perpétuelle « Renaissance » des hommes ne cessant qu’une fois atteint le nirvâna.es à travers le prisme culturel occidental, comme des prémices du christianisme, et il retournera sans cesse à cet ouvrage jusqu’à sa mort en 1883. Wagner a repris un mythe, l’a nommé Parsifal et, comme tout mythe, l’a renouvelé, l’a adapté, ne faisant ainsi que continuer de le faire vivre.

 

Brève Biographie

Georges A. Bertrand est écrivain et photographe. Il est titulaire d’un doctorat consacré au nomadisme chez le poète-calligraphe belge Christian Dotremont et a enseigné dans plusieurs universités du Proche et du Moyen-Orient avant de décider de se consacrer entièrement à ses activités de chercheur et de photographe. Il s’intéresse aux passages entre les arts et les cultures dans le temps ainsi que dans l’espace et plus particulièrement aux relations esthétiques entre Orient et Occident.

__________________

Vers le programme du colloque “Wagner et la France”:http://19jhdhip.hypotheses.org/141


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.