Intellectuels français et allemands face à la guerre de 1870/71: Affrontements autour du concept de nation

„Elsass-Lothringen mit der Grenzveränderung 1871 und der Sprachgrenze“, aus: Johann Gustav Droysen, Allgemeiner Historischer Atlas, 1881, Wikimedia Commons.

La guerre franco-allemande de 1870/71 est considérée à bien des égards comme un moment clef : l’empire de Napoléon III s’effondre et la République est proclamée ; du côté allemand on assiste à l’unification de l’Allemagne autour de la Prusse. L’« année terrible » marque également un tournant dans les relations franco-allemandes : la France est vaincue et se sent humiliée, le Reich allemand revendique une certaine hégémonie et l’inimité semble jeter son ombre sur les relations entre les deux pays.

Néanmoins les deux aires culturelles ne se ferment pas l’une à l’autre et continuent de dialoguer ensemble, même au plein cœur d’un conflit les opposant frontalement. Depuis les « guerres de libération », voire même avant, l’identité nationale allemande tend à se définir en opposition à la France dans une sorte de gallophobie mêlée de fascination. Un concept rend bien compte de ce difficile rapport entre les deux pays, c’est celui de nation. Le point commun des typologies de conception de la nation est le constant dualisme entre la vision française et allemande : Staatsnation contre Kulturnation chez Meinecke (1908) ou nationalisme occidental et nationalisme oriental pour Hans Kohn (1944) par exemple. La recherche récente sur les nationalismes déconstruit ces dualismes et tend à démontrer que les deux formes n’ont rien d’incompatible. En outre, les analyses diachroniques du concept de nation montrent une évolution des conceptions de la Révolution française jusqu’au premier conflit mondial des deux côtés du Rhin.

Néanmoins 1870/71 constitue un moment particulier de cette évolution. Une analyse synchronique du concept de nation montre qu’il se constitue en dialogue voire en « négociation » entre deux visions, une en France et l’autre en Allemagne. Dans ce travail de Master il s’agira de reconstruire les lignes discursives et de voir les transferts notionnels à l’œuvre dans ces échanges franco-allemands. Nous tenterons de démontrer que les échanges entre intellectuels français et allemands vont mener à l’adoption d’arguments dits ethniques ou ethnolinguistiques en France et d’arguments dits civiques en Allemagne. Ainsi nous verrons que chacun adopte les arguments de l’adversaire pour tenter de le battre avec ses propres armes tout en intégrant de facto des éléments de l’autre à sa propre conception.

Ce travail se propose donc d’analyser, à partir de la Sémantique Historique et de la Begriffsgeschichte héritée de Reinhart Koselleck, le concept de nation dans le dialogue franco-allemand. Pour ce faire ce travail prendra appui sur un corpus de deux échanges entre intellectuels français et allemands : d’une part l’échange sous forme de lettres ouvertes entre Ernest Renan et David F. Strauss[1], et d’autre part la querelle entre Alfred Michiels et Heinrich von Sybel[2].

Ainsi l’intérêt de ce travail sera d’envisager 1870/71 sous l’angle conceptuel, travail à la fois important pour l’histoire politique ou culturelle de l’Allemagne comme de la France. Ce travail est dirigé par Willibald Steinmetz (Universität Bielefeld) et Laurent Dedryvère (Université Paris VII – Denis Diderot) et devrait être déposé en fin d’année universitaire 2018-2019 auprès des deux universités.

 

 

[1] Renan publie dans le Journal des débats et Strauss dans l’Augsburger Allgemeine Zeitung. Les lettres sont également réunies dans : David F. Strauss, Krieg und Friede. Zwei Briefe an Ernst Renan nebst dessen Antwort auf den ersten, Leipzig 1871.

[2] Alfred Michiels, Les droits de la France sur l’Alsace et la Lorraine, Bruxelles 1871 ; Heinrich von Sybel, Les droits de l’Allemagne sur l’Alsace et la Lorraine. A propos d’un pamphlet publié récemment, Bruxelles 1871.


Corentin Marion

Étudiant en Master Histoire et Civilisations Comparées/Geschichtswissenschaft à l'Université Paris VII-Denis Diderot et l'Universität Bielefeld. Mémoire sur les échanges entre intellectuels français et allemands en 1870/71 sous la direction de Willibald Steinmetz (Bielefeld) et laurent Dedryvère (Paris). Bachelorarbeit en 2017 sur : "Das deutsche Kaiserreich und die Pariser Kommune: Geschichte eines politisch-kulturellen Aneignungsprozesses (1871-1898)" (Dirigé par Vito Gironda et Willibald Steinmetz, Bielefeld) Délégué des étudiants du Cursus Franco-Allemand en Histoire entre Paris Diderot et Bielefeld.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.