Bruno SETTIS (SNS Pisa/Sciences Po): Fordisme et néocapitalisme, entre Europe et Etats-Unis (1947–1967)

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

Bien qu’il ait déjà émergé pendant les débats sur le planisme après le krach de 1929, le concept de «néo-capitalisme» est étroitement lié à celui de «fordisme» dans le débat qui court de la fin des années 1940 au début des années 1960. Alors même qu’il n’est pas plus utilisé, le concept de «néo-capitalisme» représente et condense les tensions et les contradictions, les espoirs mais aussi les peurs des industriels, des chercheurs en sciences sociales ainsi que des leaders et intellectuels des syndicats et de partis de gauche, en France comme en Italie. Ma résolution est d’envisager ces réflexions produites dans des milieux différents, avec des divergences entre acteurs, dans le cadre d’un débat plus général.

S’enquérir de la polarité des deux concepts – fordisme et néocapitalisme – le premier étant amplifié, le second désuet, peut être une clé pour analyser les sociétés françaiseet italienne pendant les années 1950 et qui plus est pour comprendre de quelles façons ce discours a pu influencer ou préparer le mouvement de 1968-1969. Cela peut nous aider à comprendre la genèse et l’évolution de concepts encore opérants, de structures mentales toujours prégnantes,  occupant une position déterminante dans l’historiographie internationale contemporaine. Dernier point mais non le moindre, cela signifie intégrer l’histoire dans la perspective d’un dialogue avec l’ensemble des sciences sociales, suivant la voie ouverte par les historiens des Annales, ancrant les représentations culturelles dans le lien qu’elles ont avec le mouvement des forces productives.

Cela signifie d’abord porter une attention particulière et constante à l’égard des relations directes et indirectes entre l’Europe et les Etats Unis, du côté du monde des affaires comme dans le domaine de la culture; pour ce qui est de l’Italie l’américanisme de Fiat est l’exemple le plus classique, mais on peut rappeler aussi l’influence significative qu’eut le livre de John K. Galbraith, The Affluent Society, ou la traduction de A Theory of the Labor Movement de Selig Perlman par Gino Giugni, ce dernier l’ayant proposé en 1956 au syndicat catholique CISL  en tant que base de réflexion d’une culture de la concertation sociale et de la modernisation industrielle. Dans l’intervention au colloque Cultures et savoirs de l’économie (XVIIe-XXe s.) / Kulturen und Wissen der Ökonomie (17.–20. Jh.) ma proposition est donc de présenter les coordonnées générales des ces problèmes mais surtout d’envisager des exemples, ou études de cas, du caractère transnational du débat: à savoir, la réception de la littérature sociologique et économique américaine en Italie, en France et en Allemagne, avec une considération spéciale pour l’Ecole de Francfort et pour Friedrich Pollock, auteur de L’automation: ses conséquences économiques et sociales.

 

Bruno Settis est doctorant à l’École normale supérieure de Pise en co-tutelle avec l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) depuis 2014. Il a obtenu sa licence en Histoire et son Master en Histoire et civilisations de l’Université de Pise.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.