L’expédition d’Espagne en 1823 : mémoire de la campagne napoléonienne et expériences d’une guerre limitée, par Emmanuel Larroche (Paris)

Intervention dans le cadre de la conférence „Expériences de guerre et de violence pendant le XIXe siècle en France et en Allemagne“ du 21 au 22 mars 2013.

En 1823, la France de Louis XVIII intervient en Espagne pour mettre fin au régime constitutionnel des Cortès, imposé au roi Ferdinand VII par un pronunciamiento, en 1820. Dans les mois qui précèdent l’entrée des troupes dans la Péninsule, l’opposition libérale utilise les souvenirs de la campagne napoléonienne pour prédire une déroute si ce n’est l’anéantissement de l’armée française. Si les soldats sont pour la plupart de jeunes conscrits qui n’ont pas vu le feu, les officiers sont en majorité des vétérans de l’Empire et pour certains, de la campagne d’Espagne, à l’instar de certains des officiers-généraux comme Moncey ou Guilleminot. Il s’agit pour nous d’essayer de mesurer l’influence qu’à pu avoir  cette mémoire de la campagne napoléonienne sur l’appréhension du conflit de 1823 et sur le comportement effectif de l’armée. Cette dernière est en fait confrontée à un tout autre type de guerre que celle de l’Empire. Les affrontements y sont rares et il s’est agit finalement autant de protéger les ennemis que de les combattre. Cette expérience singulière offre un contrepoint saisissant à celle de la guerre totale napoléonienne. Ce contraste est appréhendé par les contemporains qui l’analysent, par le gouvernement qui l’exploite. Comment les combattants l’ont-il vécu, compris ?

Emmanuel Larroche est professeur agrégé et docteur en histoire. Il a soutenu une thèse à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense intitulée „De la guerre selon la Charte. L’expédition d’Espagne en 1823“ (publication prévue en 2013). Il est actuellement chercheur associé à l’ISP (UMR CNRS 7220) et chargé de conférence à l’Institut d‘ Études Politiques de Paris.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.