Simon GODARD (Paris 1): Polyphonie des discours économiques du communisme, Sociohistoire de la formation des économistes communistes français (1921–1947)

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

L’histoire de l’économie dans le monde communiste ne peut être abordée du seul point de vue de la mesure quantitative de la performance, affirmée ou contestée, d’un modèle de développement alternatif au capitalisme. Elle ne peut pas non plus être appréhendée à travers une simple étude théorique de la critique marxiste du capitalisme. Il s’agit plutôt, comme le proposait Pierre Bourdieu, d’analyser l’économie non en tant que science autonome fondée sur un corpus de règles lui assurant la production d’une vérité universelle, mais comme « fait social total », compréhensible uniquement par l’articulation des logiques économiques avec celles du monde social au sein duquel elles se forgent et se déploient.1

L’étude de la « question économique » dans le monde communiste s’inscrit ainsi dans une perspective interdisciplinaire caractéristique du renouveau de l’histoire économique, dans lequel l’histoire sociale, l’histoire des savoirs, mais aussi la sociologie, l’anthropologie historique et la science politique sont mobilisées.

Cette communication proposera un regard inédit sur une lacune historiographique : l’étude de la construction d’un savoir économique communiste spécifique, de ses acteurs et de ses moyens, dans le système-monde communiste au début du XXe siècle. Je me concentrerai pour cela sur l’étude précise du cas français, grâce à l’exploitation des archives du PCF et de l’Internationale communiste. Ce système-monde, qui unit l’URSS aux partis communistes, y compris occidentaux, constitue bien le monde communiste en espace transnational, par delà et à travers les nations.2 Cette saisie globale de l’espace communiste à partir d’une question précise – la constitution d’un modèle et d’une pensée économique – permet de poser des questions de recherche nouvelles. L’économie communiste doit-elle être pensée comme une alternative absolue au capitalisme? L’analyse de l’élaboration d’un tel modèle ne permet-elle pas plutôt de penser des formes européennes d’hybridation des savoirs économiques entre le capitalisme et le communisme, les circulations d’hommes, d’idées ou de marchandises entre ces deux systèmes étant continues sur la période envisagée. Comment le communisme, qui met au coeur de sa philosophie sociale et politique l’ouvrier prolétaire, peut-il développer une culture économique qui lui soit propre, construite sur des concepts nouveaux et non une simple critique du capitalisme, au sein de sociétés européennes toutes marquées au XXe siècle par l’industrialisation? Enfin, dans quelle mesure les communistes, tenants d’une construction scientifique et rationnelle du développement, appréhendent-ils la mutation engagée en Europe dans les années 1930 de l’économie en science autonome3, de plus en plus mathématisée, qui semble en adéquation avec leur conception rationaliste de la refonte des sources de légitimation d’un système politique?

En proposant une analyse de la formation des économistes communistes en France – au regard des interactions avec les espaces allemand et soviétique – cette communication interrogera l’économie comme « complexe co-évolutif de sémantiques, d’institutions et de pratiques »4. À travers la lente et difficile cristallisation d’un groupe d’experts, c’est la polyphonie – négligée par l’historiographie – des discours économiques communistes des années 1920 au début des années 1950 que cette communication mettra en lumière.

 

Simon Godard est agrégé et docteur en histoire des Universités de Genève et de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). En 2014, il a passé sa thèse d’ histoire contemporaine, intitulée «Construire le «bloc» par l’économie. Configuration des territoires et des identités socialistes au Conseil d’Aide Économique Mutuelle (CAEM), 1949-1989». Simon Godard est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg (mention „Etudes européennes“) et il a obtenu un Master en histoire à l’ Université Paris 8.

 

  1. Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000, p. 11. []
  2. Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, 2004/4, n° 57, p. 110-126. []
  3. Timothy Shenk, Timothy Mitchell, « Les savoirs de l’économie », in : Christophe Bonneuil, Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs. Tome 3 : Le siècle des technosciences, Paris, Seuil, 2015, p. 233-251. []
  4. Werner Plumpe, « Ökonomisches Denken und wirtschaftliche Entwicklung. Zum Zusammenhang von Wirtschaftsgeschiche und historischer Semantik der Ökonomie », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 2009/1, p. 27-52, ici p. 29. []

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.