Dimitri VOUZELLE (Lyon 2): La politique de concentration durant la Seconde Guerre mondiale en France à partir de l’exemple de la Bourgogne Franche-Comté

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

L’objectif est de mieux comprendre les transformations qui ont affecté les structures économiques durant l’Occupation à partir d’un cas régional. La question des concentrations n’a jamais été abordée de manière centrale, elle n’est évoquée dans des études plus générales de branches, de bassins ou d’entreprises que de manière accessoire.

Ce travail peut se rattacher à deux axes de réflexion mis en avant dans votre appel à communication
– La résilience et les réactions aux ruptures de l’ordre économique, social et politique.
– Le rôle des guerres, les spécificités du monde colonial et l’impact des empires.

La première partie de la communication proposée se rattache directement aux cultures et savoirs de l’économie. Elle analysera la question de la concentration des entreprises, en la replaçant dans le contexte de l’industrialisation. S’il s’agit d’un phénomène ancien lié au développement de la « grande industrie », ce thème fait aussi l’objet de réflexions récurrentes dans de nombreuses thèses de droit soutenues avant 1914 puis durant l’entre deux guerres, et dans les réflexions avancées pour comprendre et juguler la crise de 1929.

On est là dans la production d’un discours économique dominant. La communication permettra donc de déterminer les vecteurs de sa diffusion, et de voir comment il est construit et reçu par les acteurs politiques, sociaux et économiques. Y a-t-il appropriation par ces derniers et volonté de mettre en oeuvre ces savoirs économiques?

La deuxième partie de l’intervention s’attachera à prouver que la guerre et l’Occupation ont cristallisé la question, à la fois en conservant des enjeux anciens mais aussi en en créant de nouveaux. Il s’agit d’une rupture radicale et rapide de l’ordre économique et social de la période de l’entre deux guerres. Mais ce bouleversement a-t-il modifié en profondeur les partis pris des structures concernées par la concentration?

La politique industrielle de Vichy est alors soumise à plusieurs influences contradictoires. Faut-il concentrer et favoriser les grandes structures industrielles ou alors défendre les entreprises à taille humaine représentatives « du tempérament français », enracinées dans leur terroir et stigmatiser les «trusts» ? Au final, les concentrations industrielles répondent-elles principalement à un état de pénurie ou à une volonté de rationalisation de la production? Les circonstances étant un moyen pour mettre en oeuvre un projet ancien de réformes des structures, la question se pose de savoir s’il s’agit d’une politique empirique changeante au gré des actualités. Cette question est l’objet de débats assez vifs lors de la mise en place de la concentration et ceux-ci perdurent jusqu’en 1944. La concentration n’est-elle qu’un objet de débat, de réflexion, de discours et d’enjeux politiques?

Les acteurs politiques et économiques impliqués dans ces débats apportent des arguments déjà connus et d’autres nouveaux liés en partie aux circonstances. Ils utilisent aussi de nouveaux canaux de diffusion. L’étude de leur réception par les acteurs économiques met en évidence les différentes stratégies développées par les entreprises dans ce cadre contraint de l’Occupation. On peut ainsi étudier les différentes formes de «résistance» et leurs justifications, les forces d’inertie mais aussi leurs capacités d’adaptation.

 

Dimitri Vouzelle est actuellement doctorant en histoire à l’université Lumière Lyon 2. Depuis 2011 il est professeur agrégé d’ histoire et géographie et en poste au Lycée général Charles de Gaulle à Dijon depuis 2012. Il a obtenu un Master en histoire économique en 2013 et la licence en histoire en 2003 à l’université de Franche Comté.

 

 


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.