Blaise TRUONG-LOÏ (HEC/ENS): Circulations transimpériales d’experts et d’expertises en matière de restructuration de dette souveraine et de réforme monétaire à la fin du XIXe siècle

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

Les emprunts contractés sur les grandes places financières mondiales par l’Egypte, la Chine, l’Empire Ottoman, la Grèce ou le Maroc sont fréquemment analysés comme de précieux vecteurs de l’expansion impériale européenne de la fin du XIXe siècle. En contrepartie des capitaux qu’elles fournissaient, les grandes puissances de l’époque purent en effet exiger divers avantages politiques ou économiques, intégrant ainsi les pays emprunteurs à leur sphère d’influence. La question de l’impérialisme par la dette a de ce fait suscité une foisonnante littérature durant les années 1970-1980, tant en France qu’au Royaume-Uni. Ces travaux ont toutefois le défaut d’adopter une perspective trop souvent nationalo-centrée, toute entière consacrée à l’instrumentalisation par un pays donné des relations créancier-débiteur à des fins de domination impériale. Pourtant, ces emprunts et la suite d’évènements qu’ils ont entraînés méritent d’être abordés comme une question d’échelle globale. Par bien des aspects, ils enjambent les frontières des grands espaces impériaux qu’ils sont souvent accusés de créer.

La migration de capitaux européens ou étasuniens vers les caisses publiques d’Etats africains, asiatiques ou sud-américains a notamment mis en branle une importante production d’information et de savoirs liés à l’endettement de ces pays. Puisque l’on ne prêtait pas les yeux fermés, il devint important d’emmagasiner toute une série de connaissances sur les comptes publics ou la santé de l’économie des Etats en besoin de financement. Ce travail se doublait de missions immédiatement postérieures à l’octroi des fameux prêts. Assortis de nombreuses clauses de conditionnalité, ces derniers suspendaient fréquemment la livraison des fonds à la mise en oeuvre de réformes monétaire et fiscale ou à la restructuration de l’endettement public des pays concernés. Les hommes dépêchés sur place afin de superviser ces politiques devinrent alors rapidement des « experts » des dossiers dont ils avaient la charge.

Ces money doctors ne sont pas des inconnus de l’historiographie. Seulement, leurs nominations ont trop souvent été étudiées à partir de la perspective nationalo-centrée évoquée précédemment. Il faut dire qu’elles ont effectivement souvent été l’objet d’âpres rivalités, chaque chancellerie ayant l’impression qu’imposer « son » spécialiste lui permettra de piloter en sous-main la mise en oeuvre de telle ou telle réforme et d’ainsi accroître son influence dans un pays donné. Cependant, les circulations de ces experts d’une mission à l’autre dessinent souvent des réseaux échappant très largement aux contours bien définis des sphères d’influence nationales. Nous nous proposons par conséquent d’approfondir quelques pistes d’étude au sujet de ces circulations en soulevant trois grands enjeux:

(i) la structuration de savoirs pratiques dans le champ de l’économie politique, rendue possible par des phénomènes de circulations transimpériales. Forgé dès l’origine à une échelle excédant celle des grands ensembles impériaux, ce corpus de savoirs de gouvernement ne permettrait-il pas d’apporter une nouvelle pierre au travail de déconstruction des « modèles coloniaux », soi-disant si hétérogènes et hermétiques les uns aux autres?

(ii) la construction en terrain colonial (ou du moins impérial) d’un corpus théorique sur l’endettement souverain et les réformes monétaires. Ce second point nous semble tout particulièrement important pour l’histoire de la science économique : alors que cette dernière est souvent conçue comme une discipline éminemment « occidentale », participant à l’hégémonie européenne puis américaine des XIXe et XXe siècles, l’hypothèse qu’une partie importante de la macroéconomie ait pu se structurer en terrain colonial mérite d’être approfondie. Quel poids l’expérience des terrains extra-européens eut-elle dans la formalisation des savoirs économiques à la fin du XIXe siècle ? Par ailleurs, étudier la progression au jour le jour de ces missions et ce qu’elle dut aux interactions entre les experts occidentaux et les populations locales ne permettrait-elle de relativiser l’idée d’une « science imposée » aux populations non-occidentales ? Il y aurait là un parallèle fort intéressant avec, par exemple, les travaux d’un Kapil Raj sur la cartographie britannique de l’Inde.

(iii) Ces questions nous semblent d’autant plus importantes que nombre des experts envoyés en terrain impérial à la Belle Epoque ont activement participé à la reconstruction économique et financière de l’après-Guerre. Les accords de Gênes de 1922 ne marquent-ils dès lors pas l’application en territoire européen des grands principes patiemment formulés au début du XXe siècle dans le cadre des missions impériales de réorganisation financière ou monétaire ? En dernier lieu, l’étude de ces circulations impériales pourrait donc bien permettre de relativiser la rupture d’épistémè opérée par la Première Guerre mondiale dans le champ de la science économique.

 

Elève à l’Ecole normale supérieure et diplômé de l’Ecole doctorale de Sciences Po, Blaise Truong-Loï est titulaire d’une licence d’économie et d’un master d’histoire contemporaine. Il effectue des études d’économie dans le cadre d’un master en management au programme «Grande Ecole» à HEC Paris.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.