Bruno FLUHRER (Lyon): Performativité du savoir économique et institutions du travail – une comparaison entre la France et l’Allemagne

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

La question de l’emploi et du travail est considérée comme l’un des grands thèmes d’investigations de la discipline économique, ayant fait l’objet de nombreuses réflexions, théories et débats au fil de l’histoire de la pensée économique. Il semble par conséquent logique de s’interroger sur l’influence concrète de l’économiste et de sa discipline sur la formation des institutions du travail, représentatives des réponses et des interprétations données par les sociétés à la problématique centrale du travail. L’analyse se portera sur les cas de l’Allemagne et de la France, deux nations présentant de nombreuses différences importantes, notamment au niveau culturel, historique et social. En outre, étudier de manière comparative ces deux pays permet d’évaluer de manière pertinente un discours récurent des dernières années, à savoir celui qui met en avant le fonctionnement économique de l’Allemagne comme modèle à suivre pour ses voisins européens, particulièrement en matière d’emploi. La question du travail a toujours été et est encore aujourd’hui appréhendée de manière très différente dans les deux pays.

Le but de ce projet est de caractériser le rôle de l’expertise économique sur la formation des institutions du travail. La notion d’influence reste ici volontairement vague afin de pouvoir englober la multitude de ses facettes ainsi que son caractère pluridisciplinaire. En effet, des domaines comme l’histoire, la science politique ou la sociologie traitent aussi cette question et il est relativement facile d’identifier une multitude de travaux présentant la littérature relativement abondante sur la thématique de l’influence des économistes (Nelson 1987 ; Ferraro et al. 2006 ; Frey 2006 ; Muniesa & Callon 2009 ; Lebaron 2009 ; Hirschman & Berman 2014). Le XXe siècle marque une période de temps décisive dans le développement de la science économique : Fourcade (2009), en investiguant la France, les Etats-Unis et la Grande Bretagne parle d’une institutionnalisation véritable de la discipline économique au début du siècle, avant que l’émergence d’une science du gouvernement entre les années 1930 et 1960 ait lieu.

L’ambition sera donc de comprendre l’influence des économistes, leur place dans la société et la diffusion de leurs connaissances au cours du XXe siècle, et ce dans une optique comparative France-Allemagne. La performativité du savoir économique pourra ensuite être analysée dans le cadre du développement des institutions du travail de la France et de l’Allemagne. Cette entreprise sera inévitablement inscrite dans l’optique de deux dimensions majeures de la discussion sociale, politique et économique de travail : la flexibilisation du travail ainsi que le temps de travail.

En ce qui concerne la méthodologie, il est possible d’envisager l’approche de Hirschman & Berman (2014), « An Agenda for understanding economists’ influence ». Cette procédure s’appuie sur la mise en avant de trois « sources de pouvoir » des économistes : (1) L’autorité professionnelle (professional authority) des économistes ; (2) Les positions institutionnelles (institutional positions) des économistes ; (3) L’infrastructure cognitive (cognitive infrastructure) dans l’élaboration de politiques.

 

Références

  • Ferraro, F., Pfeffer, J., & Sutton, R. I. (2006). Economics Language and Assumptions: How Theories Can Become Self-Fulfilling. Academy of Management Review, 30(1), p. 8.
  • Fourcade, M. (2009). Economists and societies: discipline and profession in the United. Princeton: Princeton University Press.
  • Frey, B. (2006). How Influential is Economics? De Economist, 154(2), pp. 295-311.
  • Lebaron, F. (2009). La formation des économistes et l’ordre symbolique marchand. Dans P. Steiner, & F. Vatin, Traité de sociologie économique (pp. 241-279). Paris: PUF.
  • Muniesa, F., & Callon, M. (2009). La performativité des sciences économiques. Dans P. Steiner, & F. Vatin, Traité de sociologie économique (pp. 281-315). Paris: PUF.
  • Nelson, R. H. (1987). The economics profession and the making of public policy. Journal of Economic Literature, 25(1), pp. 49-91.

 

En 2015 Bruno Fluhrer a terminé un Double Master franco-allemand en Sciences Economiques à l’Université Lumière Lyon 2 et à l’Université de Leipzig. Avant il a obtenu son Bachelor en Sciences Economiques de l’Université de Cologne.   


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.