Marine FIEDLER (Bern/Sciences Po): Dans l’intimité de l’échec négociant, expérience de l’insuccès et famille au temps de la globalisation

Intervention dans le cadre de l’université d’été “Cultures et savoirs de l’économie (18e-20e s.)” du 21 au 24 juin 2016.

En 1855, Valentin Lorenz Meyer, fils d’un puissant sénateur et négociant de vin hambourgeois, quittait Liverpool avec femme et enfants pour retourner à Hambourg et s’installer chez sa belle-famille après avoir mis la clé sous la porte. Quelques mois auparavant, il était pourtant confiant dans le succès que lui apporterait son négoce d’émigration, porté par l’afflux massif de migrants en partance pour l’Amérique. Bien que réussite et échec apparaissent comme deux revers d’une même médaille, l’histoire économique et culturelle ne se sont guère penchées sur l’insuccès avant qu’Ingo Köhler et Roman Rossfeld n’y consacrent un ouvrage collectif en 2012. L’échec n’est pas à considérer comme une seule faillite économique, mais également comme une expérience vécue, une situation de désespoir et d’impasse jaugée à l’aune d’une certaine culture. Chez les négociants, cette dimension culturelle se matérialise notamment dans la perte d’indépendance, élément au centre des valeurs bourgeoises de l’époque, comme l’a par exemple démontré Margrit Schulte Beerbühl dans le cas des négociants allemands de Londres.

Cette étude de l’échec intervient dans un projet de thèse analysant les conséquences des processus de globalisation et la globalité en train de se faire sur les structures, les formes organisationnelles, les perceptions et les appartenances d’une famille de négociants hambourgeois du milieu du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Thématiser l’insuccès économique y permet d’éviter toute téléologie ou histoire familiale à succès. Dans ce projet sont notamment questionnés les relations entre négoce et famille d’un point de vue de l’histoire culturelle grâce à un important fonds d’écrits du for-privé. La décision de Valentin Lorenz Meyer de mettre un terme à son Auswanderergeschäft faisait suite à de longs mois de difficultés et d’incertitudes se reflétant dans sa correspondance privée, notamment avec son épouse. Grâce à cette correspondance, la présente contribution a pour objectif d’approcher au plus près l’expérience de l’échec au sein de l’institution familiale ayant assimilé les valeurs sociétales.

Après une présentation de la démarche ayant porté à considérer l’échec sous l’angle de la famille, au regard du contexte historiographique, de l’objet d’étude et des sources, seront exposés les premiers résultats selon trois axes. Dans un premier temps sera abordé le rapport du négociant avec l’insuccès, notamment selon ses croyances religieuses. Cela permettra par la suite de s’interroger sur la place de cette expérience dans la relation de couple, à la fois par le biais de l’expression et la gestion des sentiments que par l’implication de la femme dans le négoce de son mari en difficulté. Enfin, un troisième axe sera l’occasion de questionner la gestion de cette situation d’échec dans la famille élargie, aussi bien d’un point de vue matériel que moral.

 

Marine Fiedler est doctorante à l’université de Bern et à l’École doctorale de Sciences Po à Paris ou elle a aussi obtenu un Master en histoire moderne et contemporaine. Avant, elle a passé son Bachelor trilingue en sciences sociales au Collège universitaire de Sciences Po à Nancy.



Diesen Blogbeitrag zitieren
dhiparis (2016, 30. Mai). Marine FIEDLER (Bern/Sciences Po): Dans l’intimité de l’échec négociant, expérience de l’insuccès et famille au temps de la globalisation. Das 19. Jahrhundert in Perspektive. Abgerufen am 24. April 2024, von https://doi.org/10.58079/agez

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search