Compte rendu du colloque « Diplomates et diplomatie au temps de Napoléon », 25-26 mars 2014, Paris

Napoleon_Ambassadeur Perse

Napoléon reçoit Reza Bey, l’ambassadeur de Perse, au château de Finkenstein

Napoléon et la diplomatie : Ces deux sujets peuvent sembler antinomiques. Au vu de la politique belliqueuse menée par l’empereur, le rôle de la diplomatie et des diplomates à l’époque napoléonienne paraît en effet marginal. Pourtant, il convient d’interroger la signification de la diplomatie durant le Consulat et le Premier Empire avant de tirer des conclusions trop hâtives. Doit-on parler de rupture ou de continuité de la diplomatie napoléonienne avec l’Ancien Régime et la Révolution française?

Le colloque intitulé « Diplomates et diplomatie au temps de Napoléon » visait à aborder cette question en étudiant la diplomatie de l’époque sous toutes ces facettes, tout en intégrant les évolutions des décennies précédentes et suivantes. Il a eu lieu les 25 et 26 mars 2014 au centre de conférences ministérielles du Ministère des Affaires Etrangères à Paris et s’inscrit dans un cycle de colloques sur l’époque napoléonienne organisé par la Fondation Napoléon. Par ailleurs, le colloque a vu le jour avec le concours de l’Académie des Sciences morales et politiques notamment, mais aussi des Archives diplomatiques, du Souvenir napoléon et de l‘Association de commémoration du bicentenaire de la Campagne de France 1814-2014.

Après les mots d’accueil et d’introduction générale de Victor-André MASSENA, Yves SAINT-GEOURS et Xavier DARCOS, Yves BRULEY a dressé un bilan historiographique du sujet. En dépit de quelques initiatives intéressantes, deux siècles d’historiographie sur l’époque napoléonienne d’une part et la diplomatie d’autre part auraient montré une certaine négligence du sujet dans les deux champs d’étude historique. Les historiens de Napoléon se seraient plus intéressés aux dimensions intérieures et militaires qu’à la diplomatie et les spécialistes de l’histoire diplomatique n’auraient guère attaché d’intérêt particulier au temps de Napoléon. C’est pourquoi il resterait encore beaucoup d’aspects à étudier, notamment en ce qui concerne le savoir-faire diplomatique, aussi bien sur le plan fonctionnel qu’humain – un thème au cœur du colloque.

La première session, intitulée « Penser la diplomatie au temps de Napoléon » et présidée par Thierry LENTZ, examinait trois idées sur la diplomatie : celles de la puissance, de la paix et de la gloire. En abordant l’idée de puissance, Lucien BELY s’est concentré sur l’époque moderne caractérisée par la mise en place du système westphalien, un équilibre relatif entre les puissances européennes, la société des princes ainsi que des instruments dits diplomatiques à partir de la fin du XVIIIe siècle. Napoléon Bonaparte aurait bouleversé cette organisation naissante avec sa vision impériale. Jean-Pierre BOIS s’est intéressé au système de paix napoléonien en constatant qu’il ne se théorisait pas, mais plutôt des pratiques – notamment celle de la guerre – auraient abouti à un système. Selon Robert MORISSEY, Napoléon aurait fondé sa légitimité politique sur la notion de la gloire, objet de débats persistants au cours du XVIIIe siècle et incarnant la réconciliation entre vertu et intérêt. La gloire aurait pris sous Napoléon la forme d’une économie et d’une idéologie.

La deuxième session, présidée par Yves BRULEY, était consacrée aux « Diplomates de Napoléon ». Jean TULARD a présenté les cinq ministres des affaires étrangers sous Napoléon (Reinhard, Talleyrand, Champagny, Maret et Caulaincourt) qui auraient eu une influence insignifiante en raison de la domination de ce domaine politique par Napoléon lui-même. Deux brèves interventions ont mis l’accent sur la géographie diplomatique de l’époque. D’abord, Thierry LENTZ a présenté des cartes de 1802 et de 1811 illustrant le réseau des postes diplomatiques et consulaires de France à l’étranger, qui se serait densifié durant cette période. Ensuite, Chantal PREVOT a établi une carte exposant les lieux de séjour des ambassadeurs et ministres des puissances étrangères à Paris en 1810 pour souligner la concentration de ces dernières dans deux quartiers situés à proximité des centres de pouvoir impérial. L’intervenant suivant, Jacques MACE a dressé des listes d’ambassadeurs du Consulat et de l’Empire qui seraient à séparer en trois catégories : les militaires, les membres de familles de l’ancienne noblesse et les professionnels. PIERRE BRANDA a évoqué le phénomène d’une diplomatie parallèle, celle de la Maison de l’Empereur, responsable notamment du cérémonial. Elle aurait travaillé en étroite collaboration avec le ministère des Relations Extérieures afin de montrer la légitimité monarchique de Napoléon aux hôtes étrangers à travers des réceptions ou des cadeaux diplomatiques. Isabelle RICHEFORT et Pascal EVEN clôturaient la première journée en dressant les portraits d’Alexandre d’Hauterive et de Jean-Baptiste Gouey de la Besnadière, deux personnages majeurs du ministère des Relations extérieures, qui auraient exercé dans l’ombre une influence importante.

Incendie Ambassade Autriche

Incendie de l’ambassade d’Autriche à Paris

« Napoléon et le droit international » était le titre de la troisième session qu’Emmanuel de WARESQUIEL présidait. Patrice GUENIFFEY a mis en évidence l’instabilité de la politique des frontières de la diplomatie du Directoire, à laquelle Bonaparte aurait opposé une politique coloniale et maritime élargie à l’espace méditerranéen. Thierry LENTZ a abordé la question d’un concept des droits des gens chez Napoléon et démontré que ce dernier a été un positiviste pour lequel les traités avaient un caractère sacré. Selon Jean-Paul PANCRACIO, la pratique du droit diplomatique se serait fondée principalement sur des usages car toute codification aurait été encore inexistante à l’époque. Emmanuel PENICAUT a montré l’importance des lieux à partir d’une étude de l’hôtel de Galiffet, siège de la diplomatie française depuis 1794. Le choix des lieux ainsi que leur appropriation par des ministres des Affaires étrangères aurait reflété le rôle attribué à la diplomatie. Michel KERAUTRET a évoqué les formes de la négociation relatives aux traités de paix conclus par Napoléon et souligné dans ce contexte la durée très variée de leur préparation ainsi que la notion de congrès. Thierry VETTE a retracé la naissance des cartes comme outil en mettant l’accent sur leur réalisation sur le terrain lors des missions des ingénieurs géographes. Alain PIGEARD a livré deux exemples d’interprétation du droit de la guerre en 1808 avec la convention de Cintra et la capitulation de Baylen. David CHANTERANNE qui a mené une recherche d’images représentant la diplomatie sous le Consulat et le Premier Empire, a essentiellement trouvé des peintures reproduisant des signatures de traités.

La quatrième et dernière session, présidée par Patrice GUENIFFEY, visait à renverser la perspective en examinant les « Diplomates contre Napoléon ». Jean ETEVENAUX a évoqué la diplomatie du Saint-Siège et son diplomate le cardinal Consalvi qui aurait surtout promu le Concordat comme moyen de compromis. Marie-Pierre REY s’est intéressé au fonctionnement de l’appareil diplomatique du Tsar Alexandre Ier. Elle a souligné le nombre considérable de diplomates non russes qu’elle a expliqué notamment par le pragmatisme et comme reflet d’un Empire multiethnique tourné vers l’Europe. Peter HICKS a adopté le point de vue britannique et mis l’accent sur la professionnalisation du corps diplomatique durant la période géorgienne ainsi qu’à des différents types emblématiques de diplomates britanniques à l’époque napoléonienne. Jean-Paul BLED pour le côté autrichien a présenté trois personnages (Kaunitz, Stadion et Metternich) qui chacun à sa façon aurait établit un système diplomatique en rapport avec la France. Toujours à Vienne, Robert OUVRARD a proposé une visite guidée des lieux du Congrès de Vienne en images. En conclusion, Georges-Henri SOUTOU a situé Napoléon dans l’histoire de la diplomatie européenne. Napoléon n’aurait pas de principe de réorganisation de l’Europe, mais les Alliés auraient réussi à élaboré le « Concert européen » garantissant de longues périodes de paix au cours du XIXe siècle.

De manière générale, le programme a permis à des spécialistes de l’histoire napoléonienne ainsi que de la diplomatie d’aborder un grand nombre de questions. Au vu du public venu nombreux, le colloque a aussi suscité un grand intérêt parmi les passionnés d’histoire napoléonienne. Il a réussi à donner surtout une idée du fonctionnement et des personnages principaux de la diplomatie de l’époque napoléonienne – y compris des hommes de l’ombre et des diplomates étrangers. Dans une période assez courte de l’histoire européenne, dominée par le personnage de Napoléon, le Consulat et le Premier Empire ont été le théâtre d’« une diplomatie entre deux rives » : Cette formule, reprise toute au long du colloque, exprime la continuité et la rupture avec les périodes précédentes et suivantes.

————-

Illustrations:

– Napoléon reçoit Reza Bey, l’ambassadeur de Perse, au château de Finkenstein (François-Henri Mulard, 1810, Château de Versailles) – Wikimedia Commons

– Incendie de l’ambassade d’Autriche à Paris (artiste inconnu, 1810) – Wikimedia Commons

 


Katrin Rack

Katrin Rack ist Historikerin und wurde mit einer Arbeit über deutsche Diplomaten in Paris zwischen 1815 und 1870 an der Universität Bielefeld promoviert. Sie war Resident Fellow am Deutschen Historischen Institut Paris.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.