« 1830 et 1848, révolutions européennes et mouvements transnationaux ». Compte rendu de la conférence de Sylvie Aprile à l’université de Fribourg (11.2.2014)

Que les révolutions de 1830 et de 1848 en France aient été accompagné de mouvements similaires dans d’autres pays du monde entier, est un fait avéré. Alors que l’historiographie a fait d’importants progrès dans le domaine de la comparaison historique et de l’histoire croisée, la compréhension des révolutions de 1830 et 1848 reste souvent cloisonnée dans des narratifs nationaux, politiques ou idéologiques. C’est devant ce constat que Sylvie Aprile (Lille 3) a récemment tenu une conférence à Fribourg en Brisgau au sujet de « 1830 et 1848, révolutions internationales et mouvement transnationaux ». Au cours de cette conférence, qui a été organisé conjointement par le Lehrstuhl für Geschichte des Romanischen Westeuropa et du Frankreich-Zentrum, Aprile a proposé une relecture des révolutions et s’est engagée pour une analyse de manière européenne.

La France est souvent citée en tant que moteur dans les mouvements révolutionnaires en Europe et dans le monde en 1830 et 1848. Mais ce qui suscite notamment débat entre les experts qui travaillent sur ces deux révolutions, c’est la question de savoir s’il s’agit dans chaque pays d’un mouvement parallèle, donc provoqué plutôt par des facteurs propres au pays, voire à la région, ou d’un effet de contagion, qui aurait son origine en France et plus précisément à Paris. Outre, se pose la question de connaître le centre et la périphérie du mouvement et la manière dont circule les effets clés (idées, slogans, images etc.). Pour Aprile, le problème de l’histoire cloisonnée se laisse surtout apercevoir par le biais des étiquettes qu’on a souvent habitude à attribuer à ces révolutions. Ainsi, 1830 serait une révolution libérale et 1848 une révolution politique et sociale. Mais c’est souvent là de tomber dans le piège d’une interprétation que déjà les contemporains et notamment ceux qui étaient en mesure de proposer une vision de l’histoire donnaient de ces événements. S’ajoute une lecture assez restreinte du concept même de révolution qui, d’après Aprile, est souvent conçue par le biais d’une histoire de l’insurrection. Ce qui joue un rôle sans doute très important dans le mouvement de 1789, n’explique certainement pas toute l’ampleur des changements en 1830 ou en 1848. Limiter la révolution aux seules Trois Glorieuses ou aux seuls mois de février et de juin, serait méconnaître des développements politiques et sociaux qui sont à la base des constellations conflictuelles.

Sylvie Aprile ne passe pas sous silence la raison pour laquelle l’historiographie s’est à tel point éloignée d’importants faits politiques et sociaux et présente aujourd’hui une image très restreinte et simpliste des bouleversements du XIXe siècle. En effet, l’histoire de 1830 et 1848 s’inscrit le plus souvent dans la construction des identités nationales des pays concernés. Ainsi, l’état moderne belge naît en cette année de 1830 dans un mouvement de résistance contre les Hollandais. Alors que l’année 1830 marque ainsi pour la Belgique le commencement d’une nouvelle ère, elle symbolise pour la Hollande une défaite décisive. A l’expérience très divergente d’une société à une autre, s’oppose l’universalisme à la Française. L’historiographie française a depuis le XIXe siècle tendance à faire du cas français un cas valable pour tout le continent. La révolution de 1789 aurait ainsi permis aux autres pays des avancées dans la civilisation qu’ils n’auraient pas pu effectuer sans l’importation des idées des Lumières. Cette lecture passe sous silence le revers de l’invasion française dans des pays comme l’Espagne, qui a pendant longtemps gardé un traumatisme ineffaçable de la campagne napoléonienne de 1808.

Ainsi, Aprile s’est engagée pour une historiographie qui s’efforce à élargir son champ d’observation, tout en décentrer le regard analytique. Aprile a plaidé pour étendre l’analyse sur le phénomène de la longue durée, ce qui permettrait de thématiser notamment une multitude de protestations violentes et non-violentes, mais aussi des réformes, qui accélèrent et amplifient souvent les mouvements de contestation. Pour mieux comprendre les relations souvent réciproque entre différents pays ou aussi différentes régions, il faudrait en outre en finir avec cette grille très schématique qui ne laisse qu’apercevoir un centre révolutionnaire et une périphérie qui serait plus ou moins passive face aux événements du centre. A l’appui de ce plaidoyer, Aprile cite l’exemple de Palerme, qui voit déjà en 1840 un mouvement révolutionnaire, et des Etats pontificaux, qui eux aussi reçoivent une constitution en 1848 par la main de Pie IX. En conséquence, Aprile confirme la nécessité d’inclure plus de mouvements qui peuvent par exemple s’enchaîner après la fin d’une révolution, comme c’était notamment le cas en France entre 1830 et 1834, ou le pays voit une nette augmentation des révoltes et mouvements contestataires.

Et l’historienne se penche aussi sur le mode d’action et de comportement de ceux qui participent dans ces mouvements. Aprile souligne le fait que souvent les acteurs et protagonistes révolutionnaires traversent les frontières. Ainsi, des insurgés  de Juin 1848 de Paris  partent pour l’Italie et soutiennent le risorgimento. A l’inverse, le destin du fameux Garibaldi n’a pas besoin d’être étalé dans tous ses détails. En résulte la présence de beaucoup d’étrangers dans les différents mouvements et révoltes. Mais non seulement des personnes voyagent, tout le siècle voit naître un vaste mouvement de circulation où chaque événement est médiatisé et ainsi propagé dans tous les quatre coins du continent. Se mettent alors à circuler des informations, symboles, slogans ou encore des images qui sont appréhendés et ensuite interprétés par les différentes populations européennes et mondiales.


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

Das könnte Dich auch interessieren …

1 Antwort

  1. 21/06/2019

    […] n’est alors pas inutile de rappeler que lorsque apparut à la suite de 1830 et surtout de 1848 la notion de « Printemps des peuples », les monarchies et empires étaient de plus […]

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.