Marion Aballéa (Genève/Strasbourg): »Poste le plus important« ou pensionnat d’»enfants sages«? L’ambassade de France à Berlin aux prises avec les contradictions d’une diplomatie en terrain hostile (1871-1914)

IntervBild_Marion Aballéaention dans le cadre de la journée d’étude « Diplomatie sous pression? Légitimité en tant que problème diplomatique au XIXe siècle » le 28 février 2014 à l’IHA.

De 1871 à la Belle Epoque, l’ambassade de France à Berlin est régulièrement qualifiée, par les acteurs du jeu diplomatique comme par les observateurs, de « poste le plus important de la diplomatie française » : elle est, de fait, une sorte de vigie française en terre allemande, poste d’observation et de surveillance, voire d’un éventuel dialogue avec « l’ennemi ». Mais de manière plus surprenante, au même moment, un autre type de discours, exactement inverse, se développe notamment au sein du Quai d’Orsay : puisqu’installée justement chez un ennemi avec lequel aucun rapprochement n’est envisageable, l’ambassade berlinoise serait un poste diplomatique par nature stérile, un poste où il n’y n’a rien d’autre à faire que « ronfler » (Delcassé), l’incarnation d’une diplomatie vouée par nature à la paralysie et l’impasse. Dans ces lectures antagonistes, c’est la possibilité de mener à bien, dans un contexte d’adversité, une mission diplomatique qui ne soit pas de pure forme, qui est interrogée. Comment les diplomates français à Berlin exercent-ils leur mission dominée par cette ambivalence et ces regards contradictoires ?

 

Ancienne élève de l’Ecole Normale Lettres et Sciences Humaines (Lyon) et agrégée d’histoire, Marion Aballéa est actuellement Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Strasbourg (Institut d’Etudes Politiques). Elle prépare, sous la double direction des professeurs Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg) et Mathias Schulz (Université de Genève), une thèse sur le fonctionnement et le quotidien de l’ambassade de France à Berlin entre 1871 et 1933, dont la soutenance est prévue au premier semestre 2014.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

1 Antwort

  1. 16/04/2014

    […] er der Beobachtung und Überwachung, ermöglichte aber auch einen Dialog mit dem „Feind“, wie Marion Aballéa (Genf/Straßburg) […]

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.