Le politique dans la cartographie du XIXe siècle, conférence le 7 novembre 2013

Balkans_1878Conférence de Ute Schneider (université de Duisburg-Essen) dans le cadre du cycle de conférences »Les Jeudis de l’actualité historiographique«
Commentaire: Gilles Palsky, université Paris 1

L’historiographie allemande du XIXe siècle s’est, elle aussi, emparé à maintes reprises du »spatial turn« ces dernières années, et il existe un certain nombre de travaux qui recourent à la catégorie »espace«. À examiner de plus près la recherche cependant, on fait une découverte intéressante: un grand nombre d’études localisent l’histoire et prennent en considération les processus de constructions spatiales d’un point de vue politique, social et économique. Ils négligent toutefois largement encore les instruments et les techniques. Cela vaut en particulier pour la cartographie, qui devient au XIXe siècle un élément central de la planification étatique et de l’aménagement. En s’appuyant sur la recherche allemande actuelle et à l’aide d’exemples choisis, la conférence mettra en lumière la signification de la cartographie politique et présentera des perspectives sur son maniement.

Ute Schneider a fait des études d’histoire et de linguistique générale à Düsseldorf. En 1993, elle a soutenu une thèse sur la culture des fêtes politiques au XIXe siècle et a obtenu, en 2002 à l’université de Darmstadt, l’habilitation à diriger des recherches avec son étude sur le code de la famille en RDA. Ute Schneider est professeur d’histoire sociale et économique à l’université de Duisburg-Essen depuis 2007. Son domaine de recherche actuel porte sur la cartographie historique. Elle étudie les questions de la perception et du maniement de la visualisation spatiale depuis l’époque moderne. En coopération avec la fondation Mercator, Ute Schneider a organisé le colloque scientifique »Gerhard Mercator: science et transfert de savoirs« à Essen.

Choix de publications : Politische Festkultur im 19. Jahrhundert. Die Rheinprovinz von der französischen Zeit bis zum Ende des Ersten Weltkrieges (1806–1918), 1995;  (dir. avec Th. Lange), Kriegsalltage. Darmstadt und die Technische Hochschule im Ersten Weltkrieg, 2002; Die Macht der Karten. Eine Geschichte der Kartographie vom Mittelalter bis heute, 32004; Hausväteridylle oder sozialistische Utopie? Die Familie im Recht der DDR, 2004; (dir. avec C. Dipper), Kartenwelten. Der Raum und seine Repräsentation in der Neuzeit, 2006; (dir. avec L. Raphael),  Dimensionen der Moderne. Festschrift für Christof Dipper, 2008.

Date et lieu : Jeudi 7 novembre 2013, à 18h, à l’Institut historique allemand, 8, rue du Parc-Royal, 75003 Paris, Métro Saint-Paul, Chemin Vert, http://www.dhi-paris.fr


__________

Illustration : Balkans 1878, Wikimedia Commons, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Balkans_1878.png


Mareike König

Mareike König ist Historikerin und arbeitet u.a. über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert. Sie leitet die Abteilung Digital Humanities und die Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie ist außerdem Leiterin der Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.