Expériences de guerre et de violence au XIXe siècle en France et en Allemagne

Compte rendu de la journée d’étude internationale du 21 au 22 mars 2013 à l’IHAP, organisée par Mareike König (Institut Historique Allemand) et Axel Dröber (Albert-Ludwigs-Université de Fribourg en Brisgau).

Depuis quelques temps la science historique s’intéresse à nouveau au champ thématique des guerres et conflits, en appliquant le concept d’une histoire culturelle innovatrice et en élargissant ainsi la méthode de l’histoire militaire dite classique. C’est à cette approche qu’était consacrée la journée d’étude organisée par Mareike König (IHAP) et Axel Dröber (Université de Fribourg), qui a réuni récemment de jeunes chercheurs ainsi que des chercheurs plus confirmés pour étudier le sujet des expériences de guerre et de violence au XIXe siècle. Cette époque n’est pas seulement marquée par des inventions dans l’art militaire, mais aussi par l’impact et les répercussions des conflits violents. Ainsi Carl von Clausewitz dans sa fameuse déclaration constata au regard de la France révolutionnaire que la guerre était devenue la cause de tout un peuple dont les membres se comprenaient en tant que citoyens. L’expérience de guerre n’est donc pas quelque chose qui se limitait à un cercle d’acteurs restreint, mais représentait une expérience de générations, lesquelles étaient soumises à des efforts toujours croissants pour subvenir aux besoins de la guerre.

La conférence a été ouverte par l’intervention de Horst Carl (Gießen) qui s’est référé à la théorie des expériences de guerre développée au sein du groupe de recherche « Kriegserfahrungen » à Tübingen. Carl mit l’accent sur la nécessité de saisir plus précisément le terme d’expérience à l’aide d’une critique de source plus approfondie. Ainsi, les fonds de sources subjectives (Ego-Dokumente), qui offrent à l’historien un corpus de sources très vaste, sont moins à considérer en tant que témoignage individuel, mais en tant qu’expérience dans l’ordre de la sociologie de connaissance. Chaque individu concerné par la guerre serait attaché à un cadre d’interprétation linguistiquement et culturellement transmis. En mettant ce cadre en évidence, l’historien serait en mesure de tirer des conclusions comme par exemple la structure temporelle de l’expérience ou l’impact de celle-ci sur les conditions sociales des acteurs.

Carl a illustré ses réflexions théoriques à l’exemple des guerres napoléoniennes. Il a insisté sur le fait qu’on ne peut pas trouver dans les états allemands en 1813 un sentiment national stimulant, un phénomène qui fut pourtant bien affirmé par les contemporains au cours du 19e siècle. En outre, Carl a étudié l’importance des lettres de grognards. Cette source de masse a selon lui permis la combinaison d’une analyse historique avec des méthodes sérielles-quantitatives. Les résultats quantitatifs aboutissent à des conclusions sur le monde social des soldats dans une perspective extra-individuelle, selon Carl. Et de souligner que des schémas d’interprétations collectifs influençaient les perceptions individuelles. Si la mort sur les champs de bataille n’était guère mentionnée, la mort dans les hôpitaux en revanche jouait souvent un rôle important.

Le lendemain de la conférence, Natalie Petiteau (Avignon) a discuté des résultats de recherche qui portent sur les expériences de guerre des soldats du Premier Empire, qui devaient s’habituer à des marches forcées et des batailles féroces qui étaient parfois peu expérimentées par la société de ce temps-là. En suppléant à l’histoire militaire classique, Petiteau était en mesure de donner au public un aperçu de la vie des combattants. Elle a montré d’abord comment les soldats fraîchement requis par le système de conscription réfléchissaient sur leur nouvel environnement dans lequel ils étaient amenés à obéir aux supérieurs qui à leurs yeux incarnaient la nation. De plus, Petiteau s’est penchée sur les expériences de violence pendant les combats, mais aussi dans les camps de prisonniers. Le vif du sujet portait ici sur les plaintes des soldats qui endurèrent des extrêmes climatiques, ainsi qu’ un approvisionnement en vivres et habits insuffisant de façon permanente.

Les résultats de la discussion ont cependant mis en évidence que les médecins étaient particulièrement sensibilisés par rapport aux blessures humaines et qu’ils étaient en conséquence le plus souvent prêts à témoigner des aspects atroces des confrontations violentes.

Emmanuel Larroche (Paris) et Axel Dröber (Freiburg) ont ensuite pris la parole au sujet de « souvenirs et imaginations de la guerre ». Larroche a pris en compte l’expédition française en Espagne en 1823, laquelle ne représenta presque aucune difficulté militaire. Cette expérience était diamétralement opposée aux guerres napoléoniennes quelque dix ans auparavant, lesquelles restèrent cruellement gravées dans les mémoires en raison des combats de guérilla, impliquant les Français contre les insurgés espagnols. Larroche a étudié l’influence de ces expériences de guerre sur l’expédition de 1823 à savoir sur la préparation et l’interprétation politique de cette guerre ainsi que sur le comportement de l’armée pendant la campagne. Sur une base de sources éparpillées selon les grades militaires et malgré le manque de témoignages des simples soldats, il est possible de constater que les expériences se partagèrent entre des observations individuelles et des interprétations collectives, alors que la motivation de l’intervention était souvent différente selon les militaires. Pendant la discussion, la question s’est posée de savoir comment la haine contre les combattants espagnols de la part des officiers français, lesquels avaient vécu la guerre napoléonienne en Espagne, avait-elle pu se dissiper dans aussi peu de temps après.

Axel Dröber s’est concentré sur la Garde nationale pendant la Restauration française, époque pendant laquelle l’image de la Garde nationale était partagée entre des interprétations ultra-royalistes et libérales. Les adhérents des deux tendances politiques proclamèrent tous des théories pour une paix durable et essayèrent ainsi de récupérer l’organisation paramilitaire dans le but de leur idéologie. Selon Dröber, le regard sur le passé et la tentative de saisir les causes de la guerre ainsi que les conséquences de celle-ci pour la société étaient particulièrement frappants. Il s’est avéré que la Garde nationale était soumise à un changement de paradigme idéologique dans la mesure où le clivage entre droite et gauche se prolongea au sein même de la Garde, mais rencontra en même temps des interprétations divergentes du passé révolutionnaire de l’institution.

Pendant la discussion, la structure sociale de la Garde nationale a été abordée, laquelle se manifesta dans une ouverture très limitée et exclusive des rangs de la Garde à la population parisienne. En 1816 seulement 5% des habitants de Paris appartenaient à la Garde nationale. Une autre question s’est posée à l’égard de l’argumentation des forces politiques conservatrices qui essayèrent de donner un certain sens au principe du volontariat des gardes nationaux à savoir leur abnégation pour le roi.

Daniel Gerson (Bern) a examiné la situation de la population juive en Alsace pendant la révolution de 1848. Le point essentiel de son intervention a porté sur le climat antisémite qui aboutit dans des pogromes et le pillage des maisons des juifs alsaciens, point que Gerson a abordé dans des termes de développement historique ainsi que du point de vue des acteurs. A l’exemple de la région du Sundgau, Gerson a montré comment des discours antisémites émanant des autorités locales servirent de moteur à la prédisposition collective de violence de la part de la population non-juive. Par le biais d’une analyse des actes antisémites, Gerson a mis l’accent sur le fait que l’antisémitisme dans cette région se détacha des vues religieuses et alla de pair avec une stigmatisation des juifs comme boucs émissaires ainsi que comme provocateurs de l’instabilité politique et économique.

La genèse des paroles antisémites a été ensuite discutée plus largement. Ces paroles étaient latentes dans les milieux ruraux, alors qu’on peut observer vers la fin du 19e siècle une croissance des idées racistes dans les grandes villes. Et aussi la spécificité des pillages a été rappelée : rares étaient les pillages organisés à l’avance par des commandos mobiles, alors que les actions spontanées étaient beaucoup plus fréquentes, selon Gerson. Seulement quelques citoyens non-juifs se seraient solidarisés avec leurs voisins tourmentés, car dans beaucoup de cas où des non-juifs avaient pris la défense des juifs, ces premiers étaient eux-mêmes visés par les attaques.

Anne-Claire Ignace s’est ensuite intéressée à l’aspect européen de la révolution de 1848. Elle a étudié l’armée française de volontaires qui combattit pendant la première guerre d’indépendance de l’Italie contre l’Autriche. Outre des anciens soldats et des soldats en permission, la majorité de ces volontaires se composait d’ouvriers. Ignace s’est référée aux différents mobiles des volontaires qui participèrent à la guerre, pour montrer en même temps le comportement des Français ainsi que leurs expériences de violence. Malgré leur manque de formation militaire, les volontaires étaient en mesure d’aider les combattants italiens, notamment dans la construction de barricades. L’analyse de la relation entre les combattants français et la population locale a fait également partie de l’intervention d’Ignace.

Les interventions d’Inès Ben Slama (Lille) et de Guillaume Parisot (Lille) ont constitué le troisième volet de la conférence, lequel était dédié à la guerre et à l’occupation en 1870/71. Le conflit de la guerre franco-allemande était un conflit à distance pour la population du sud de la France. Toutefois, les habitants de ces régions réagissaient et se positionnaient face à la guerre, comme l’a expliqué Inès Ben Slama. Elle a présenté les idées de la guerre et de la nation qui circulaient dans les grandes villes comme Lyon, Marseille, Bordeaux et Toulouse. A ce sujet, elle a étudié des lettres envoyées aux différentes instances de l’administration publique qui contenaient diverses formes de requêtes. Ces lettres témoignent d’une situation ambiguë dans une France du sud où l’inquiétude et le patriotisme coexistaient.

Guillaume Parisot quant à lui s’est penché sur la relation entre occupants et occupés dans les départements sous contrôle des Allemands entre 1870 et 1873, pour en étudier les différentes expériences et la question de savoir quelle était l’influence de l’intervention militaire sur le quotidien des habitants. Le résumé de Parisot aboutit pourtant à une image paradoxe : d’un côté on trouve des témoignages de confrontations entre militaires et civils qui faisaient preuve d’une situation tendue. D’un autre côté il y avait aussi des moments fraternels, marqués par l’entraide et la solidarité mutuelle.

Le problème de la résistance contre les occupants, la structure et la rigueur de l’administration allemande ainsi que les expériences des femmes et des étrangers ont été discutés par la suite.

Dans le cadre de la dernière partie, intitulée « Entre guerre et paix : l’expérience des soldats et officiers bavarois », Julia Murken (Tübingen) et Gundula Gahlen (Berlin) ont présenté leurs résultats de recherche. La Bavière fournit un contingent d’environ 30 000 hommes à la Grande Armée de Napoléon. L’intervention de Julia Murken a porté sur la manière dont ces soldats vécurent la campagne de Russie en 1812 et sur leurs expériences et interprétations de cette guerre. Ainsi, le quotidien de la guerre était marqué par les marches forcées, la vie dans les camps ainsi que par l’approvisionnement insuffisant et les maladies. Murken a mis l’accent sur le fait que l’expérience variait selon le grade militaire et le statut social. Dans la deuxième partie de son intervention, elle a étudié la question de savoir si des interprétations qui auraient pour base la vision d’une Allemagne unifiée, étaient latentes dans les sources contemporaines. Murken a rappelé que celles-ci témoignent seulement d’un attachement à la patrie bavaroise. La thèse selon laquelle la défaite de Russie serait le point de départ pour les guerres de libération est le résultat d’une interprétation rétrospective de cette guerre.

L’intervention de Gundula Gahlen a enchaîné sur ce sujet avec une étude du corps d’officiers bavarois entre 1815 et 1866. En ce qui concerne l’expérience de paix de ces officiers, Gahlen a montré qu’un certain nombre d’officiers fit preuve de frustration et de nostalgie pour les interventions militaires, alors que d’autres craignaient l’inefficacité des forces armées en cas de guerre, car la situation de l’armée s’était successivement dégradée depuis le début de la paix après la chute de Napoléon. De plus, Gahlen a souligné que l’image des temps de guerre était présente au sein du corps d’officiers par le biais d’une culture de la mémoire spécifique. Les expériences de guerre acquises par les vieux officiers, qui en tirèrent un prestigieux attribut, étaient pourtant l’objet d’une transformation dans leur signification. Il en résulta des conflits entre la jeune génération des soldats mieux formés et la génération des vétérans.

Le double emploi du terme de l’expérience chez Gahlen a été positivement évalué pendant la discussion. Gahlen ne comprend l’expérience pas seulement comme un espace d’expérience collectif, mais aussi comme un signe distinctif. En revanche, elle a rappelé que l’éducation joua un rôle de plus en plus important dans la carrière militaire pendant le 19e siècle. En outre, la question a été étudiée de savoir pourquoi la mort n’était guère mentionnée dans les lettres des soldats. Murken a expliqué que les mots manquèrent pour exprimer l’expérience de la mort et que la souffrance était souvent plus facile à représenter par des images.

Ce faisant, les différentes interventions au cours de la conférence ont mis d’un côté en évidence l’existence de témoignages hétérogènes des conflits violents. Les expériences variaient selon le grade militaire et le statut social. De l’autre côté, la discussion pendant la conférence a souvent porté sur des aspects et des problèmes de l’approche culturelle de l’histoire de la guerre, à savoir par exemple une base de sources incomplète ou des difficultés linguistiques. Le plus souvent, les acteurs historiques avaient du mal à exprimer leurs vécus par des mots et ils rencontrèrent là un lourd défi en raison des effets psychiques de la guerre, mais aussi en raison de l’illettrisme répandu parmi les grades militaires inférieurs.

Cet article est la traduction faite par Axel Dröber du compte rendu de la conférence écrit en allemand par Ulrich Pilous. Le compte rendu a paru sur le site web de H-Soz-u-Kult

Images: Wiki commons.


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.