Imaginaires de la guerre et de la nation dans les grandes villes du Sud de la France, 1870-1871, par Inès Ben Slama

Intervention dans le cadre de la conférence “Expériences de guerre et de violence pendant le XIXe siècle en France et en Allemagne” du 21 au 22 mars 2013.

L’expérience de la guerre de 1870 dans le Sud de la France est une expérience à distance : cet espace n’est pas touché par les combats qui opposent l’armée française à l’armée prussienne. L’étude des grandes villes du Sud (Lyon, Marseille, Bordeaux et Toulouse) présente donc l’intérêt d’une approche décentrée de la guerre franco-prussienne. Non seulement les travaux sur cette question se sont polarisés sur les régions directement affectées par les combats, mais le rapport des habitants du Sud à la guerre et à la nation a été essentiellement appréhendé à travers le prisme de la Commune, entendue comme les mouvements sociaux d’ampleurs diverses qui secouent certaines villes de province en 1870-1871, et surtout Paris à partir de mars 1871.

L’objectif de cette intervention est donc d’étudier les imaginaires de la guerre exprimés par les citadins du Sud, en se fondant sur des archives très peu exploitées, les lettres envoyées aux différentes administrations pendant la guerre. Les termes utilisés par les habitants des grandes villes dans des courriers qui concernent des sujets variés (propositions d’expertise, demandes de naturalisation, dénonciations…) sont révélateurs d’un certain rapport non seulement au pays, mais aussi à la ville de résidence et à l’ennemi. Les suggestions faites aux autorités en matière de défense des villes ou de stratégie générale illustrent elles aussi la façon dont ces hommes et femmes d’origines diverses perçoivent la guerre et ses opérations. L’ensemble de ces données, en partie traitées de manière quantitative, fait émerger l’imbrication des appartenances, à la nation, mais aussi à la région et à la ville, voire au quartier. Le poids de l’identité citadine conduit bien souvent les habitants des villes à faire passer la défense de la nation après la défense de leur ville. Le contexte de guerre, qui fait peser sur les espaces urbains une menace plus ou moins pressante – Lyon est par exemple davantage exposée que Toulouse -, fait ainsi ressortir la force d’un patriotisme local, qui trouve une expression originale dans ces lettres. Il permet aussi de voir comment les prussiens et leurs alliés sont perçus par des populations qui ne sont pas directement au contact de l’ennemi.

Inès Ben Slama est ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, agrégée d’histoire, doctorante à l’Université Lille 3 sous la direction de Jean-François Chanet, et actuellement professeur d’histoire dans l’académie de Créteil.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.